Qu’est ce que l’hémophilie? 

L’hémophilie est une maladie hémorragique, c’est-à-dire un écoulement de sang qui ne s’arrête pas ou s’arrête difficilement en cas de blessure ou même en l’absence de blessure. Elle est due à une mutation génétique qui entraîne l’absence des protéines qui arrêtent le saignement. On distingue deux types d’hémophilie : l’hémophilie A (la plus courante) et l’hémophilie B.

L’hémophilie : une maladie transmissible 

Elle se transmet au sein d’une même famille. Les filles sont conductrices mais n’en souffrent pas; contrairement aux garçons qui sont très exposés. Un homme transmettra son gène altéré à sa fille. Sa fille n’en souffrira pas mais pourra transmettre ledit gène à ses garçons qui eux souffriront de la maladie.

Des saignements graves dès le plus jeune âge

Le bébé qui a la bougeotte, est turbulent; le jeune enfant qui court partout, monte et descend les escaliers, à cheval entre le vélo et la course avec les amis, à la moindre blessure, peu importe l’endroit où la nature, il saigne. Le saignement est excessif et ne s’arrête pratiquement pas. Si ce phénomène est déjà rencontré dans la famille, il faut suspecter l’hémophilie. Il arrive des fois où, suite à un choc, le saignement n’est pas visible. On parle d’hémorragie interne qui peut se produire au niveau des muscles, des articulations et même du cerveau. Si cela n’est pas diagnostiqué très tôt, le sujet meurt tout simplement. 

Comment mieux vivre la maladie ?

Il n’existe pas de prévention pour éviter la maladie car elle est génétique. Toutefois, observer certaines règles de vie permet de mieux la vivre. 

  • Il faut mobiliser avec prudence les articulations et les muscles en toutes circonstances : éviter les sports nécessitant beaucoup de mouvements tels que la boxe, le karaté, le parachutisme, le rugby ou  l’athlétisme; et privilégier une activité physique douce et régulière.
  • Les séances de kinésithérapie permettent d’entretenir la souplesse des muscles et la mobilité des articulations.                                                                                                         
  • Eviter les Anti Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) comme l’aspirine.
  • Suivre la maladie : le suivi se fait dans un centre pour hémophilie. Ces centres sont créés pour améliorer les connaissances sur la maladie, le traitement et la prise en charge. Ils délivrent une carte d’hémophilie que le sujet doit toujours avoir sur lui. L’agent de santé est averti pour sa prise en charge qui est particulière en cas d’urgence. 

En Afrique, ces centres demeurent méconnus, rares voire inexistants. Cependant, dans les pays comme la France, il y a  l’Association Française des Hémophiles depuis (AFH) ou encore la Fédération Mondiale de l’Hémophilie (FMH) sur le plan international. 

Les personnes atteintes d’hémophilie ne doivent pas être marginalisées. L’hémophilie ne constitue pas une fatalité si elle est connue par les agents de santé et par la population. En connaissant son statut, le sujet atteint pourra éviter les situations à risques.  L’agent de santé compétent pourra effectuer une meilleure prise en charge d’un malade atteint d’hémophilie qui arrive aux urgences.  

La newsletter qui s'occupe de votre santé

Inscrivez votre adresse email et recevez quotidiennement nos conseils et astuces santé.

Success! Check your email for a confirmation link.